titre. sac vanessa bruno gris

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Avec cela, j’ai lu et marqué tous les ouvrages de mon héros, et j’ai commencé même quelques vers.Dans cette même lettre, il parle avec une légèreté fâcheuse destribulations de Port-Royal et de la déposition de M. Singlin, confesseurdes religieuses. C’est que Port-Royal l’accablait alors secrètement deremontrances et de vitupérations. Mais c’est aussi dans cette mêmelettre que Jean Racine écrit: M. l’avocat (un de leurs amis communs) me le disait encore ce matin en me remettant votre lettre: «Il faut du solide, et un honnête homme ne doit faire le métier de poète que quand il a fait un bon fondement pour sa vie, et qu’il peut se dire honnête homme à juste titre. sac vanessa bruno gris
»Si fou qu’il soit de poésie et de théâtre, le garçon, dans le fond, estfort sensé.Et c’est pourquoi, lorsque ses amis de Port-Royal, sa tante, ses parentsde la Ferté-Milon s’entendent pour l’envoyer à Uzès, où l’appelle sononcle le chanoine Sconin, qui lui fait espérer un «bon bénéfice», JeanRacine, se voyant sans fortune, se laisse faire. Car, au surplus, onpeut écrire des tragédies partout. Et nous verrons qu’à Uzès même, chezle bon chanoine, tout en étudiant saint Thomas et saint Augustin, ilcontinue d’écrire des vers galants, retouche une pièce assez longueintitulée les Bains de Vénus, qui ne nous a pas été conservée, etcommence la Thébaïde.Il écrit, dis-je, cette tragédie et achève les Bains de Vénus dans lemoment où son oncle lui cherche une abbaye. Les mœurs de l’ancien régimeconciliaient bien des choses. Nous voyons, par une de ses lettres, quesi la nature du «bénéfice» obtenu l’eût exigé, Racine se fût résigné àentrer dans les ordres. sacs vanessa bruno Il y fût entré avec la foi, certes, mais sansnulle vocation. Cela ne nous paraît pas bien joli. Mais Racine seconformait à un usage. Il ne fut jamais un révolté. Il ne le fut pointcontre ce qui pouvait l’incommoder dans les institutions et les mœurs deson temps. Comment l’aurait-il été contre ce qui l’y accommodait?Heureusement (car tout de même la prêtrise, même légèrement portée,l’eût un peu gêné plus tard pour écrire Andromaque ou Bajazet);heureusement il n’y eut pas moyen de lui trouver le moindre bénéfice,pas même «la plus petite chapelle». Et Racine rentra à Paris en 1663,sans doute soulagé au fond. sac vanessa bruno en cuir
Mais nous devons à ce séjour d’une année environ qu’il fit à Uzès unesérie de lettres charmantes qu’il adressait à son cousin Vitart et àmademoiselle Vitart, à sa sœur Marie Racine, à son ami La Fontaine, àson ami l’abbé Le Vasseur.Ce sont des lettres un peu apprêtées, des lettres soignées, avec pas malde ratures. Souvenez-vous qu’alors une lettre était quelque chose debien plus important qu’aujourd’hui. Les courriers étaient dix fois,trente fois, cent fois plus rares. Ajoutez que c’était le destinatairequi payait le port, quelquefois assez élevé (20 sols, 30 sols). Onvoulait lui en donner pour son argent. On ne pouvait guère lui écriredes billets de trois lignes.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »