cantiques. sac vanessa bruno bleu

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Antoine Lemaître prit très fort en amitié Racine adolescent. Il voulaitfaire de lui un avocat. On connaît la lettre charmante où il recommandeau «petit Racine» de bien soigner pendant son absence ses onze volumesde saint Chrysostome et de les défendre contre les rats, et où ill’appelle son fils et lui dit: «Aimez toujours votre papa comme il vousaime.»Il fut spécialement le professeur de rhétorique de Jean Racine. Ce futsûrement lui qui communiqua à l’enfant la flamme littéraire. Et ce n’estpas tout: Antoine Lemaître avait une belle voix et un débit savant. Ildonna à Racine d’excellentes leçons de diction,–que Racine répéta plustard à mademoiselle du Parc et à mademoiselle Champmeslé. sac cabas vanessa bruno
Le quatrième professeur de Racine fut M. Hamon, médecin de Port-Royal.Et même, à partir de mars 1656, les autres solitaires dispersés, Racinen’eut plus d’autre professeur que M. Hamon.M. Hamon paraît avoir été le plus singulier, le plus pittoresque desmessieurs de Port-Royal et aussi le plus poète. Après avoir étéprécepteur de M. trousse vanessa bruno de Harlai,–dont il refusa un petit «bénéfice»,–ilvendit et distribua aux pauvres son patrimoine et entra à Port-Royal en1650. Il fut le médecin des religieuses. Il s’en allait visiter lespauvres des environs, monté sur un âne et un livre à la main. C’était unmystique au cœur tendre et à l’imagination fleurie. Il lisait enespagnol les ouvrages de sainte Thérèse, «de la grande sainte Thérèsequi fut tellement blessée de la charité de l’Époux que son cœur futtranspercé d’un glaive de joie et de douleur».Ainsi s’exprime-t-il. Il écrivit des petits traités de piété pour lesreligieuses et quatre volumes de très subtils commentaires sur leCantique des cantiques. sac vanessa bruno bleu
«Il avait, dit Sainte-Beuve, le don de laspiritualité morale, le sens des emblèmes,» et il marchait dans le monde«comme dans une forêt enchantée, où chaque objet qu’on rencontre enrecèle un autre plus vrai et cache une merveille». Il pensait quel’univers visible n’est qu’un système de symboles et qu’il n’y a de vraique ce qu’on ne voie pas. Il ne mangeait que du pain de chien (fait deson et d’un peu de farine). On lui en donnait un grand par semaine. Ilmangeait toujours debout, dans un couloir, sans serviette et sur uneplanche. Sainte-Beuve dit qu’il y avait de l’oriental et du brahme dansM. Hamon.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »